En 2013, serons-nous raisonnables ?

Ca y est. Telle une page blanche qui s’ouvre devant nous en attente de belles résolutions, 2013 est là...

Publié le dimanche 30 décembre 2012
Cet article a reçu 0 commentaire


Célébrer l’arrivée d’une nouvelle année civile, c’est aussi, en quelque sorte, fêter l’anniversaire de notre planète. Comme vous et moi, la Terre aura inévitablement un an de plus.

J’ai appris très tôt que plus les personnes et les choses prenaient de l’âge, plus il fallait les respecter. Cependant, si l’on fait un petit tour des pratiques courantes dans le monde, on remarque très vite que ce bon vieux principe d’éducation est loin de faire l’unanimité. Par ici, on transperce notre bonne vieille dame de part en part à la recherche des dernières réserves de pétrole, de gaz ou d’or, par là on s’accapare les cours d’eau pour refroidir les centrales nucléaires avant d’entasser les déchets produits on ne sait plus très bien où. Et soi disant pour mieux nourrir le monde, (mais c’est aussi pour faire pousser des arbres ou des fleurs), on n’hésite pas à asperger copieusement nos surfaces cultivables (je parle de celles qui restent et qui n’ont pas encore été recouvertes de béton). Et oui, ces potions plus chimico-magiques les unes que les autres sont là pour augmenter les rendements, sans se soucier des pollutions à long terme qu’elles engendrent. Et la liste des exactions humaines sur la terre est malheureusement encore longue… mais aujourd’hui, on constate scientifiquement qu’a multiples endroits, notre planète a mal, elle souffre. Il faut agir, vite.

Certains, fatalistes, disent que l’on y peut rien, que c’est ainsi, et d’ailleurs, vu qu’on ne vit qu’une fois, pourquoi ne pas en profiter. Nous ne partageons pas et nous combattons ce type de pensée égoïste. Il faut penser à ceux qui vont nous succéder, ici et ailleurs, aux générations futures, aux héritiers de la terre. Il y a une multitude de petites choses, souvent simples et efficaces, que nous pouvons faire ensemble, chaque jour. Cela passe par les économies d’énergie, la modification des habitudes de consommation (avez-vous vraiment besoin d’acheter des fraises énergivores d’Espagne ou du Maroc qui ne sont en plus qu’un concentré chimique ?), et la lutte contre le gaspillage alimentaire. La survie de la planète est entre nos mains, nous les consommateurs, et la technique de l’autruche est, en l’espèce, peu efficace. Chaque petit geste compte, ne dit-on pas que ce sont les petites rivières qui font les grands ruisseaux ?

Des solutions mettant en œuvre l’eau, le vent, le soleil ou d’autres sources renouvelables existent aujourd’hui pour soulager l’effort demandé à la planète. Nous devons les soutenir et les optimiser. C’est, entre autre, le rôle que s’est donné Ecolo aux niveaux régional et fédéral. Au niveau de la politique communale et malgré notre éviction électorale, vous pourrez toujours compter sur nous, en 2013 pour défendre ces valeurs qui nous sont chères, et qui pendant 12 ans n’ont jamais été négligées avant les prises de décision. Nous entendons aujourd’hui dans le discours du nouveau bourgmestre, sa volonté, entre autre, d’entreprendre, je cite : « un vaste plan d’économie d’énergie communale au niveau des bâtiments communaux », et d’offrir la possibilité à la population chestrolaise « d’accéder à l’énergie renouvelable à des prix accessibles ». Nous espérons vivement que tout cela puisse se concrétiser dans les prochains mois, nous y serons attentifs.

Il ne me reste, si vous le permettez, qu’à vous souhaiter Cher Lecteur, au nom de la Locale Ecolo de Neufchâteau, une merveilleuse année 2013.

Fabrice Rolin
Secrétaire a.i.