Région - Deux foires à Libramont cette année ?

La petite foire d’en face

Il y aura deux foires à Libramont cette année [1] : l’officielle et la « petite foire ». La seconde sera l’oeuvre d’associations proches des mouvements altermondialistes. Au menu : échanges nord-sud, écologie et concours décalés.

Publié le dimanche 19 juin 2011
Cet article a reçu 0 commentaire

Les organisateurs de la petite foire ont demandé aux organisateurs de l’autre grande foire, la Foire agricole de Libramont et aux responsables politiques qui la cautionnent de réorienter la ligne ultralibérale et business à tous crins de la Foire en faveur de l’agriculture paysanne. » L’appel date du 28 juillet dernier. Dans une carte blanche adressée au Soir, une vingtaine d’organisations proches des mouvements altermondialistes jetaient un pavé dans le satisfecit ambiant, et défiaient les organisateurs de la célèbre foire agricole de Libramont. Au passage, ils remuaient le couteau dans la plaie : « Ce ne sont pas quelques “gobelets compostables” et autres gadgets vaguement écologiques (…) qui nous convaincront qu’on se montre attentif aux graves préoccupations de l’heure en vue d’une agriculture fidèle à sa noble vocation qui est de nourrir les humains et non de détruire la terre. »

Cette annonce a donné lieu à une réaction de la part des organisateurs de la Foire agricole de Libramont, la voici : « Le projet de la “Petite foire” est respectable mais fondamentalement on ne parle pas de la même chose. D’une part, les organisateurs se trompent de cible en nous accusant de brasser de l’argent. Si l’entrée est payante c’est parce que pour gérer 170.000 visiteurs, assurer leur sécurité et un minimum de confort pour tous il faut des moyens. D’autre part, ils nous reprochent de ne pas porter de jugement de valeur sur les exposants. Le rôle d’une foire comme la nôtre c’est de susciter le débat entre différents courants de pensée. C’est exactement ce que nous faisons depuis des années, notamment en donnant la parole à des organisations proches des initiateurs de la “petite foire”. Notre dimension nationale et internationale permet de répercuter les différentes opinions bien au-delà de notre enceinte. Mais il ne faut pas compter sur nous pour prendre des positions politiques dans des débats comme ceux-là. Enfin, j’ai un regret : ils ne sont jamais venus nous voir, n’ont pas essayé d’entamer un dialogue avec nous ».

Autant le dire, les organisateurs de la foire ont apprécié modérément. Mais du côté des « râleurs », les revendications ont fait leur petit bonhomme de chemin. La foire officielle ne s’ouvre pas suffisamment à cette façon de voir les choses ? Tant pis, il y aura une autre foire… à la même date, dans la même ville et à quelques centaines de mètres de la première ! Une « Petite foire », sympathique, gratuite, pour « produire, vivre et penser en liberté. » Tout un programme !

Jean-Pierre Monseur, volontaire chez Oxfam et coordinateur de l’initiative précise : « Qu’on ne s’y trompe pas, on ne veut pas s’opposer bêtement. On souhaite se positionner comme porte-parole des alternatives de petite taille, qu’elles soient d’ici ou du Sud. On veut se centrer sur les gens qui veulent une autre agriculture et une autre alimentation. On veut donner la parole à ceux qui ne l’ont pas, ou pas suffisamment, dans la foire d’en face ». Voilà pour les motivations...

Pour le contenu, la « Petite foire » jouera sur les tableaux « commerce » et « éducation du consommateur » sans se prendre la tête. Elle fera la part belle aux producteurs régionaux adeptes d’une agriculture familiale en circuit court. La part belle aussi aux épiceries alternatives « respectueuses de l’écologie et de la diversité ». La part belle enfin aux associations qui travaillent à la promotion d’idées nouvelles dans les domaines agricoles, environnementaux et sociaux. On l’a dit, la « Petite foire » n’a pas l’intention de se prendre la tête, elle jouera donc sur les tableaux de l’humour et de la convivialité. Il y aura des bars bien sûr avec quelques bières locales, vins bio et autres jus. Des repas aussi, à base de produits locaux s’entend. Des animations, concerts acoustiques et folk évidemment. Mais aussi des concours… décalés. Genre la poule la plus poule et le cochon le plus… cochon. On demande à voir.

La « Petite foire » est programmée le samedi 23 juillet au zoning de Flohimont (dans les locaux de la FGTB). Elle est ouverte à tous les producteurs wallons qui se sentent concernés. Pour obtenir toutes les informations : 063-21.79.61.
 [1]

[1Sources : journal ’Le Soir’ ERIC BURGRAFF
vendredi 10 juin 2011, 09:01