Si la fin du monde n’est pas pour après-demain, on veut encore des trains !

On a rarement vu autant d’hypothèques peser sur le rail : suppression de trains, problèmes techniques pour les rames Desiro, restriction des investissements en matériel, avenir incertain des lignes régionales…

Publié le mercredi 19 décembre 2012
Cet article a reçu 0 commentaire

Selon des bruits persistants, Infrabel envisagerait, dans le cadre du plan pluriannuel d’investissement 2013-2025, de répertorier les lignes ferroviaires en trois catégories. Les lignes de catégorie C ne feraient plus l’objet d’aucun investissement, y compris en ce qui concerne l’entretien.

En Province de Luxembourg, près du tiers de l’infrastructure est concerné, particulièrement la ligne 43 (Liège-Jemelle), 42 (Liège-Gouvy), 165 (Libramont-Bertrix) et 167 (Athus-Arlon).

Cette décision, hypothèquerait gravement l’avenir des lignes régionales. Au mieux, elle se traduirait par un allongement progressif des temps de parcours pour assurer la sécurité du trafic. Au pire, ce serait la fermeture à terme de ces lignes.

Ecolo Luxembourg dénonce avec force les mauvais choix d’Infrabel et du gouvernement fédéral qui, en ponctionnant la subvention au rail de près de la moitié des crédits prévus, fait payer la réduction de la dette nationale aux citoyens les moins nantis. Et avec pour conséquence de remettre sur la route les usagers du train qui avaient fait le choix d’un transport plus rationnel et plus écologique et surtout d’abandonner ceux qui n’ont aucun choix parce qu’ils ne possèdent qu’une ou pas de voiture. Ce sont donc bel et bien, une fois de plus, les plus faibles qui sont le plus durement sanctionnés.

Ecolo Luxembourg demande au ministre de tutelle de la SNCB, Paul Magnette, de refuser la proposition de non-investissement sur les lignes régionales !

Vous souhaitez donner plus de poids à notre action ?

Réagissez tout de suite et signez la pétition en ligne  !